mercredi, mai 25, 2022
Accueil > Terrorisme > Sanmentenga : Des hommes armés s’invitent à la prière du vendredi à Bassnéré

Sanmentenga : Des hommes armés s’invitent à la prière du vendredi à Bassnéré

Des hommes armés non identifiés se sont invités à la prière du vendredi, à la mosquée de Bassnéré (Sanmentenga), ordonnant aux musulmans et non musulmans de prier assidument et aux fonctionnaires sauf les agents de santé, de quitter la localité.

Des hommes armés ont débarqué vendredi en fin de matinée dans le village de Bassnéré, à une trentaine de km de Kaya, province du Sanmentenga (Centre-nord).

Après avoir fouillé de fond en comble le village, ils ont cantonné les populations à la mosquée.

Après la prière du vendredi, les visiteurs  ont ordonné aux habitants y compris les non musulmans à fréquenter assidument la mosquée, avec la promesse de revenir vendredi prochain pour vérifier l’effectivité de leur mise en garde.

Pour eux, il s’agit de la seule condition pour échapper à leur colère.

Les agresseurs ont aussi souligné qu’ils ont une dent contre les fonctionnaires de l’État à l’exception des agents de santé.

« Ils sont allés au centre de santé dudit village trouver que les agents de santé sont en train de soigner les patients. Ils leur ont dit de continuer de bien soigner les populations. Qu’ils ne sont pas à leur recherche mais plutôt les enseignants », a déclaré un témoin à l’AIB.

« J’ai informé les enseignants qui heureusement étaient à Kaya. Ils sont obligés désespérément d’arrêter les cours, parce que leurs vies sont en danger », nous a confié un leader du village.

Ces menaces ont semé  la panique totale dans le village. Certaines personnes ont commencé à rapatrier leurs familles et leurs biens à Kaya.

Selon des sources, ces hommes armés ont élu domicile au bas-fond de Basnéré, entre Basnéré et Basnéré-koudré derrière les collines, il y a près de deux semaines.

De là, ils viennent régulièrement dans le village faire des achats et récolter des renseignements.

Notons aussi que l’ultimatum de 72 heures donné aux populations du village de Noaka, commune de Pissila, situé à 18 km de Kaya, s’expire aujourd’hui.

Depuis lors, les femmes et enfants dudit village déferlent en direction de Kaya pour sauver leurs peaux.

La situation sécuritaire dans la bande nord du Sanmatenga, depuis un certain temps, se dégrade davantage entraînant de nouveau, des  déplacements massifs de populations.

 Agence d’information du Burkina

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.