mardi, novembre 19, 2019
Accueil > SOCIETE > Lutte contre le terrorisme : le GBU-L /SJP se met à la danse

Lutte contre le terrorisme : le GBU-L /SJP se met à la danse

 

Le Groupe biblique universitaire local des sciences juridique et politique (GBUL-SJP) de Ouagadougou a organisé le 21 octobre 2017, une activité dénommée soirée des ainés à l’université évangélique du Kadiogo. C’est au tour du thème de « la lutte contre le terrorisme » que les  juristes de formation ont échangé avec leurs ainés. Échanges sur le thème, partages d’expériences et conseils pratiques ont été les temps forts de l’événement.

La question du terrorisme est devenue plus que jamais préoccupante pour tous les citoyens burkinabè et bien d’autres. Chacun apporte sa pierre de construction pour lutter contre ce phénomène dit mondial, qui trouble la quiétude plus d’un Burkinabè. Raison pour laquelle le GBUL-SJP a inséré ce thème d’échange dans son programme d’activité. Ils étaient des magistrats, des juges, des avocats, des étudiants en droit, etc. à prendre part à ladite activité. Les échanges ont été très intéressants dans une atmosphère conviviale. Difficile de définir ce qu’est le terrorisme car le terme « terrorisme » n’existe pas dans le dictionnaire français. C’est plutôt le terme d’acte terroriste qui est utilisé. Donc un acte terroriste c’est un acte visant à intimider ou à terroriser quelqu’un ou un groupe de personnes. Et même l’intention de commettre un acte terroriste. «  C’est une crise de valeur » a dit quelqu’un. Cependant, le terrorisme n’a pas forcement de lien avec la religion. Pourquoi le phénomène du terrorisme gagne t-il le terrain ? Pour certains, c’est parce qu’il y a la pauvreté que les jeunes se lancent dans cette aventure. Aussi, dans la plupart des cas, les régions où se développe le terrorisme sont des régions délaissées par le pouvoir central.  Pour d’autres, ce sont les États qui sont complices dans la propagation des actes terroristes car ils utilisent le terrorisme pour des fins sociales et politiques. Ces derniers soutiennent  que ce sont les États-Unis qui ont formé les premiers terroristes, et sont en retour des victimes. Pour parvenir about de ce phénomène, il faut travailler à éliminer la pauvreté et à inculquer de bonnes valeurs aux jeunes.

Pour le conférencier du jour, le juge Emmanuel Konéné, « aujourd’hui, le terrorisme constitue une menace pour la société toute  entière,  cette menace  s’adresse à tous les États et doit être combattue de façon efficace parce qu’il y va même du respect du droit de l’homme. Donc, les États ont l’obligation de lutter contre le terrorisme. Mais comment y parvenir ? Il faut lutter contre le terrorisme tout en respectant le droit de l’homme parce qu’on se rend compte que dans la lutte contre le terrorisme, on met également en cause le respect des droits de l’homme. Il faut que les États au plan individuel et au plan mondial puissent concilier lutte contre le terrorisme et respect de droit de l’homme ». A la question de savoir ce que le chrétiens peut apporter dans la lutte contre le terrorisme, le juge Konéné répond qu’il faut que les chrétiens individuellement essayent de vivre le message de Christ qui est le message d’amour, et de paix. Ces valeurs doivent être distribuées dans la société. La soirée s’est terminée par un partage d’expériences où les ainés ont donné des messages d’encouragement aux cadets.

Paul TINDANO

(Stagiaire)

Fasoinfos.com  OUAGADOUGOU

 

One thought on “Lutte contre le terrorisme : le GBU-L /SJP se met à la danse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *