mardi, octobre 4, 2022
Accueil > Terrorisme > Sourou/Gomboro: Au moins six personnes tués par des hommes armés

Sourou/Gomboro: Au moins six personnes tués par des hommes armés

Au moins six personnes ont été tuées par des individus armés entre le 20 et le 26 juillet 2022 à Gomboro, localité située à une soixantaine de kilomètres de Tougan.

Les populations du village de Gomboro, chef-lieu de commune rurale, située à une soixantaine de kilomètres au Nord-est de Tougan, province du Sourou, sont depuis deux semaines sous la menace des groupes armés.

Au moins six personnes ont été tuées entre le 20 et le 26 juillet 2022 par des hommes armées qui circulent en petits groupes dans les brousses et empêchent les populations d’aller aux champs.

 »Depuis des semaines, les groupes armés font des incursions dans la brousse. Ils somment les habitants de quitter le village. Ils sont déjà partis avec plusieurs animaux appartenant aux populations locales. » confie un habitant qui a pu se réfugier à Ouahigouya le lundi 25 juillet 2022.

 » Les hommes armés tirent sur les personnes qui osent s’aventurer hors du village. C’est un blocus total qu’ils font subir à la localité. Les principaux axes sont bloqués mais ils ouvrent des brèches pour permettre aux populations de sortir du village et interdisent toute possibilité d’y retourner, « poursuit le témoin.

Un autre témoin parle de « groupes armés qui enlèvent le bétail des populations et les font paître dans les champs déjà ensemencés ».

Un ancien élu confirme que les groupes armés ont interdit formellement aux populations d’aller aux champs.

« Une fois qu’ils voient quelqu’un au champ, ils tirent sur lui. Personne ne peut aller à plus d’un kilomètre du village. La semaine dernière, ils sont venus convoyer tous les animaux » a t-il précisé. Mais selon lui « l’armée a rassuré les populations ».

Toutefois, le mardi 16 juillet 2022 dans la soirée, un octogénaire qui est chef d’un quartier a été abattu, alors qu’il s’était rendu à la lisière du village, a confirmé son fils.

Pour le moment, grâce à la présence d’un détachement militaire, les hommes armés ne sont pas encore entrés dans le village, mais les populations qui craignent le pire, ont commencé à quitter la localité.

On les retrouve à Ouahigouya, à Bobo-Dioulasso, à Ouagadougou et dans d’autres villages environnants de Gomboro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.