dimanche, juin 23, 2024
Accueil > POLITIQUE > Conseil conjoint des gouvernements burkinabè et malien : Les questions sécuritaire, humanitaire et internationale au cœur des échanges

Conseil conjoint des gouvernements burkinabè et malien : Les questions sécuritaire, humanitaire et internationale au cœur des échanges

Le chef du gouvernement burkinabè, Apollinaire Joachimson KYELEM de TAMBELA, a co-présidé avec son homologue premier ministre malien, Choguel Kokalla MAÏGA, un conseil conjoint des ministres, à Ouagadougou, le vendredi 24 février 2023. Ce conseil conjoint s’est tenu dans le cadre du traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et le Mali et a permis aux ministres des deux pays de passer en revue l’ensemble des préoccupations de leurs Etats afin de trouver des solutions pérennes.

Au terme du conseil conjoint des ministres, le chef du gouvernement malien avec à ses côtés, son homologue du Burkina a fait le point de cette rencontre. « Le conseil des ministres conjoint que nous venons de tenir a porté sur l’ensemble des questions qui intéressent nos deux peuples et nos deux gouvernements, en particulier les questions sécuritaires de lutte contre le terrorisme, les questions humanitaires et bien entendu les questions internationales, notamment les sanctions contre lesquelles nos ministres des Affaires Etrangères ont évoqué récemment », a- t-il dit.
De même, le Conseil s’est penché sur tous les secteurs de développement des deux pays. A la question sécuritaire, les deux Etats ont décidé de coopérer. Cette coopération permettra d’assurer la formation militaire adéquate à faire ensemble, le développement du service de renseignement et surtout endiguer le conflit intercommunautaire que veut imposer l’ennemi dans ces pays. Ces deux pays ont décidé, entre autres, d’assurer la sécurité physique, alimentaire, éducative, sanitaire des populations. Car sans sécurité, il n’y a pas de démocratie. « Sans nos armées, on ne peut pas avancer et c’est l’armée seule qui peut restaurer la souveraineté, la confiance à nos peuples. Nous avons décidé de nous donner la main pour soutenir notre armée et aller de l’avant », a laissé entendre Choguel Kokalla MAÏGA.
A la problématique de la fédération des deux Etats, au niveau national, un comité est déjà mis en place pour réfléchir sur la question. Du côté du Mali, il y a suffisamment de documentation et des spécialistes pour faciliter la mise en place de cette fédération, a rassuré le premier ministre MAIGA.
Dans l’optique de mieux examiner toutes les questions de développement, il est prévu dans les jours à venir la tenue de la grande commission mixte Mali-Burkina.

Le Service d’information du Gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *