mercredi, juin 16, 2021
Accueil > POLITIQUE > Traité d’Amitié Burkina/Côte d’Ivoire: Rendez-vous pris pour juillet 2018 à Yamoussoukro

Traité d’Amitié Burkina/Côte d’Ivoire: Rendez-vous pris pour juillet 2018 à Yamoussoukro

La sixième Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre le Burkina et la Côte d’Ivoire tenue du 12 au 19 juillet à Ouagadougou a pris avec la signature de onze accords bilatéraux ont été signés ce mardi 18 juillet . Le prochain TAC est prévu en juillet 2018 à Yamoussoukro.

Débuté le 12 juillet, le TAC s’est achevé ce mardi après la signature des accords entre les deux pays et rendez-vous est donné pour le prochain sommet en juillet 2018 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire.Les deux pays ont souhaité renforcer les relations politiques et la coopération en matière de défense et de sécurité. Cela a été traduit par la signature d’un accord portant création d’un cadre de concertation au niveau des chefs de gouvernement sur les décisions et recommandations du TAC et d’un mémorandum d’entente sur la coopération entre les services de sécurité et de renseignement, ainsi que des accords de jumelage entre les écoles militaires”.

Au chapitre de la promotion de la femme et de la jeunesse, un accord portant création de fonds d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabè réservés à la promotion de la femme et de la jeunesse dont l’opérationnalisation interviendra d’ici le prochain sommet, a été adopté par les deux pays.

Egalement, la sixième Conférence au Sommet du TAC a permis d’adopter un accord qui lie le Burkina, la Côte d’Ivoire et la Société internationale de transport africain par rail (SITARAIL), un accord qui permettra le démarrage des travaux de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao, à compter du premier trimestre 2018.

Selon le communiqué final du TAC, les négociations avec le Groupe Bolloré pour la réhabilitation dudit chemin de fer permettra la réalisation du projet à hauteur de près de 262 milliards FCFA.

Pour le président ivoirien Alassane Ouattara qui s’est réjoui du travail abattu, “chaque TAC doit permettre (au deux pays) d’aller plus loin dans le renforcement de (leur) coopération ainsi que dans la prise en compte de nouvelles menaces et des défis globaux qui pourraient à termes constituer des freins à (leur) ambition”.

Quant au chef de l’Etat burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, il a salué la mise en œuvre de cet instrument qu’est le TAC. Il a aussi souhaité que “le couple ivoiro-burkinabè” soit “le moteur de l’intégration sous régionale et un exemple de réussite pour (les) populations”.

Norbert ZONGO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *