dimanche, juin 23, 2024
Accueil > INTERNATIONAL > Mali-Guinée-Burkina : la CÉDÉAO ne souhaite pas une fédération de ces États

Mali-Guinée-Burkina : la CÉDÉAO ne souhaite pas une fédération de ces États

 

La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), à travers son deuxième vice-président de son parlement, Sani Malam Chaibou a exprimé son désaccord avec le projet de  fédération Mali-Guinée-Burkina.

Dans l’extrait d’une vidéo enregistrée le 10 février dernier, Sani Malam Chaibou a insisté sur le fait que la « fédération ne se fera pas ».

 

Le parlementaire nigérien assure que « nous sommes à 15 et nous le resterons », en référence au nombre des États qui composent l’institution sous-régionale. Pour lui, il s’agit tout simplement d’«un problème de concertation, de consultation et de compréhension ».

 

Le Premier ministre avait appelé les trois pays ( Burkina Faso, Guinée Mali) à être les précurseurs de la fédération des pays africains. « D’autres pays viendront nous rejoindre. (…) Nous tenons le flambeau. Si nous chutons, nous laisserons nos populations désemparées. Nous ne pouvons pas prétendre les diriger sans connaitre leurs aspirations et sans prendre le risque pour les réaliser. Il nous faut forcément aller de l’avant vers l’intégration « , avait-il invité.

 

Il a affirmé que le premier acte concret de cette fédération devrait être la réalisation du chemin de fer Ouagadougou-Bamako-Conakry qui, dit-il, va permettre de mener une politique d’intégration.

 

Le Burkina Faso, le Mali et la Guinée ont organisé, jeudi 09 février à Ouagadougou, une rencontre tripartite « dans le cadre des consultations politiques sur des sujets d’intérêt commun ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *