vendredi, février 21, 2020
Accueil > SOCIETE > Burkina/Sécurité: ils attaquaient les boutiques de vente de téléphones portables et de marchandises diverses

Burkina/Sécurité: ils attaquaient les boutiques de vente de téléphones portables et de marchandises diverses

Deux bandes de neuf (9) présumés cambrioleurs dont six repris de justice ont été démantelées fin juillet et mis aux arrêts, a confié vendredi 11 août à la presse, Constant Ramdé, commissaire de police de Baskuy, à Ouagadougou.

La première bande composée de six individus dont cinq repris de justice avec pour chef de gang Ousseni Bangré dit Bao, âgé de 18 ans, opérait dans « les boutiques de vente de téléphones portables et de marchandises diverses », a fait savoir le commissaire de police Constant Ramdé.

« Armés de machettes », ces présumés délinquants « passaient à l’action la nuit entre 1H00 et 3H00 du matin. Leurs lieux d’opération sont, entre autres, les quartiers Koulouba, Bilbalgho (Centre-ville) et Nonsin (Nord), selon la police.

« En 48 heures, le groupe a visité quatre boutiques et emporté 28 téléphones portables d’une valeur de 1 175 000 de F CFA et une somme de 400 000 F CFA », a affirmé le commissaire Ramdé. Ces derniers ont été arrêtés avec six téléphones portables retrouvés sur eux et saisis par la police de Baskuy.

Le deuxième groupe dirigé par Frédéric Gildas Tiendrebeogo, 23 ans, est composé de trois personnes dont un repris de justice. Ce gang attaquait « essentiellement les boutiques de vente de téléphones portables, d’ordinateurs et d’appareils de musique », selon la police en charge de l’affaire.

Leur méthode consistait à passer «par le toit des boutiques », ont fait au moins trois victim. Le palmarès dévoile « 22 téléviseurs écrans plats, dix appareils boomer, quatre ventilateurs et un ordinateur portable » emportés.

Il a été saisi avec eux « un vélomoteur, 13 postes téléviseur écrans plats, deux appareils boomer, un ventilateur et un ordinateur portable ».

Selon le commissaire de police Constant Ramdé, les repris de justice avaient été condamnés en 2015, puis relaxés en 2016, après avoir purgé leurs peines.

Norbert ZONGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *